Sélectionner une page

La théière en fonte Tetsubin, très décorée, a d’abord été utilisée comme un moyen pour le buveur de thé japonais ordinaire de se rebeller contre les élites qui servaient le thé dans des accessoires fins (et coûteux) pendant la cérémonie du thé (chanoyu).


Elles n’étaient pas utilisées pour infuser du matcha, mais les petites feuilles de thé vert luxueux du sencha qui ont été introduites au Japon.

En provenance de Chine au milieu du 17e siècle et qui ont été associées.

Pour la première fois, comme de nombreux thés, à des fins médicinales.

La consommation de sencha était favorisée par la classe dirigeante au Japon, en particulier les lettrés, mais au XVIIIe siècle.

Le sencha faisait partie de la consommation quotidienne de thé avec les amis et la famille dans tout le Japon, comme c’est le cas aujourd’hui.

Comment Tetsubin a atteint les masses

Tetsubine
La tetsubine a été développée parce que le fer était déterminé à offrir l’eau bouillie la plus savoureuse pour le thé

La popularité du sencha a entraîné le dilemme de trouver des théières et des bouilloires abordables.

Au cours d’une évolution qui allait des chauffe-plats à saké aux marmites en cuivre.

La tetsubine a été développée parce que le fer était déterminé à offrir l’eau bouillie la plus savoureuse pour le thé.

Cette nouvelle théière en fonte a été utilisée pour chauffer l’eau.

Infuser le sencha et, souvent, pour chauffer la pièce ou ajouter de l’humidité

Au lieu d’un foyer ouvert, au début du 18ème siècle.

Le tetsubin est devenu très populaire, et toutes les couches de la société avaient leur version des bouilloires en fonte :

  • bouilloires de cuisine
  • rurales
  • bouilloires standard et bouilloires ornementales.

L’envie de décorer les bouilloires pour en faire de purs objets de beauté était telle qu’au début du XIXe siècle,

Les modèles ne reflétaient pas seulement l’esthétique de l’art japonais.

Ils sont devenus un symbole du statut, de la richesse et de la position dans la société atteints par ses utilisateurs.

Ce qui n’est pas sans ironie pour une bouilloire qui a d’abord été une révolte contre les élitistes.

Les motifs des pots ornementaux étaient souvent, et sont toujours, des fleurs de cerisier, la fleur nationale du Japon.

Des libellules, qui symbolisent un nouveau départ ou la bonne fortune.

Ou d’autres éléments de la nature que les artisans peuvent conjurer.

Certains pots à pommeaux ronds tout autour sont appelés théières.

Et d’autres pots qui ne sont pas sans rappeler les accessoires en verre de hobnail.

Tetsubin utilisé à Chanoyu

Les tetsubins, depuis leur introduction, font partie du chanoyu et sont particulièrement importants pour les élèves qui apprennent la cérémonie.

Les élèves pratiquent d’abord cet art dans une cérémonie très simple appelée ryakuban qui utilise très peu de matériel.

Et qui fait généralement appel à des techniques de chauffage de l’eau pour le thé.

Chaque fois que le chanoyu est conduit à l’extérieur, on utilise une tetsubin car elle est évidemment portable et facile à transporter.

Tetsubin - Chanoyu
Les décorations des pots de tetsubin sont très bien mises en valeur pendant le chanoyu

Au lieu de la lourde bouilloire en fer (chagama ou ortegama) qui n’a ni bec ni manche et qui utilise une louche pour puiser de l’eau chaude pour le thé.

Pendant le kaiseki, où un repas léger est servi avant le chanoyu proprement dit, on utilise la tetsubin.

Les décorations des pots de tetsubin sont très bien mises en valeur pendant le chanoyu,

Lorsque l’hôte sert le thé en tenant le pot de la main gauche avec le bec tourné vers la droite.

(Servir le thé en tenant la théière de la main droite et le bec à gauche est parfaitement correct car c’est ainsi que le sencha était servi à l’origine.

Un autre geste de rébellion contre ce qui était perçu comme le chanoyu élitiste).

Conseils pour l’achat d’un Tetsubin


Les tetsubins d’aujourd’hui sont disponibles dans une grande variété de tailles, de huit onces à trente-quatre onces ou plus.

Recherchez celles qui sont peintes et fabriquées à la main, par opposition à celles, moins chères, qui sont fabriquées à la machine.

Non seulement vous avez un meilleur pot, mais ll évitez le dilemme d’une fabrication défectueuse où la peinture s’écaille.

L’émail pèle ou l’intérieur rouille ou s’oxyde à cause d’un mauvais vitrage.

Les meilleures tetsubins demandent énormément de travail, jusqu’à quarante étapes connues,

Et le noir reste la couleur classique bien que des tetsubins rouges, verts, beiges et bleus soient disponibles.

Les pots sont livrés avec un revêtement extérieur en émail ou sans revêtement.

Et les pots non revêtus permettent à plus de fer d’infuser l’eau, en même temps que le thé

Et certains enthousiastes pensent que cela rehausse la saveur du thé.

Les pots émaillés sont parfaitement fins et non seulement ils résistent à la rouille, mais ils n’ont aucun impact sur la saveur du thé.

La tetsubine doit être lourde et il n’est pas inattendu de l’utiliser à deux mains.

Un pot trop léger indique qu’il s’agit d’un pot bon marché (souvent en argile !) qui ne gardera pas le thé aussi chaud qu’un pot traditionnel.

Si vous envisage d’utiliser un pot plus grand (plus de trente g).

Assurez-vous qu’il n’est pas trop lourd pour que vous puissiez le manipuler confortablement, car le pot sera encore plus lourd lorsque l’eau sera ajoutée.

La couleur, la forme, le design ornemental.

Et la taille sont autant de choix personnels à prendre en compte, tout comme le prix.

Plus le pot est bon, plus le prix est élevé.

Une fourchette de prix réaliste pour un pot bien fait va de 50 à 200 Euros.

Et constitue un investissement très judicieux qui durera pendant des générations.

Comment l’utiliser

Tetsubine
il est impératif de le verser complètement dans un autre pot, sinon le thé deviendra amer

Bien que vous puissiez certainement infuser le thé directement dans une tetsubine.

Et le verser dans un tamis à main

Il est impératif de le verser complètement dans un autre pot, sinon le thé deviendra amer.

Il est plus facile d’utiliser un tamis en acier inoxydable à mailles fines que vous pouvez facilement retirer du pot avec des pinces après l’infusion initiale.

Cela permet non seulement d’éviter que les feuilles ne s’attardent dans le pot et ne rendent la liqueur du thé amère.

Mais aussi de la nettoyer infiniment plus facilement par la suite.

Bien que le sencha soit toujours un choix populaire pour ces pots, le type de thé peut être n’importe quoi.

Du sencha au hojicha, bancha, genmaicha, ou tout autre thé de votre choix.

Comme l’intérieur est émaillé ou vitrifié, il n’est pas nécessaire de dédier la théière à un seul type de thé.

La tetsubine peut également être utilisée pour contenir uniquement de l’eau si vous souhaitez utiliser une théière en porcelaine ou en argile pour l’infusion proprement dite.

Sa lourde fonte maintiendra l’eau chaude pendant au moins une heure. Ne mettez pas une tetsubin sur une flamme ou sur une cuisinière électrique.

Cela peut endommager la théière, la rendre insupportablement chaude à manipuler et, dans le cas des cuisinières électriques à couvercle en verre, pourrait faire craquer le verre.

Après chaque utilisation, rincez à l’eau uniquement et séchez soigneusement l’extérieur et l’intérieur pour éviter la rouille.

Surtout si l’intérieur n’est pas émaillé.

Grâce à son matériau en fer indestructible, cette technique simple de rinçage et de séchage en deux étapes durera pendant des générations.