Thés bien être retrouvé pour aller beaucoup mieux / -10 % Première commande code « Parfait10 »

Le thé, qui est la quintessence des boissons anglaises, est une boisson relativement récente sur les côtes britanniques.

Bien que la coutume de boire du thé remonte au troisième millénaire avant J.-C. en Chine, ce n’est qu’au milieu du XVIIe siècle que la boisson est apparue pour la première fois en Angleterre.

Le thé s’est lentement répandu depuis sa patrie asiatique, atteignant l’Europe par Venise vers 1560, bien que les navires de commerce portugais aient pu entrer en contact avec les Chinois dès 1515.

Ce sont les négociants portugais et néerlandais qui ont été les premiers à importer du thé en Europe, avec des expéditions régulières dès 1610.

L’Angleterre a été un retardataire dans le commerce du thé, car la Compagnie des Indes orientales n’a pas tiré profit de la popularité du thé avant le milieu du XVIIIe siècle.

Maison de cafés

Curieusement, ce sont les cafés de Londres qui ont introduit le thé en Angleterre. L’un des premiers marchands de café à offrir du thé fut Thomas Garway, qui possédait un établissement dans l’Exchange Alley.

Dès 1657, il vendait du thé liquide et du thé sec au public.

Histoire de thé anglais
L’entrée de thé en Angleterre a lieu dans un contexte particulier.

Trois ans plus tard, il publia un journal qui annonçait le thé à six et dix livres (ouch !), vantant ses vertus pour “rendre le corps actif et vigoureux” et “préserver une santé parfaite jusqu’à un âge extrêmement avancé”.

Le thé a rapidement gagné en popularité dans les cafés, et en 1700, plus de 500 cafés en vendaient. Les propriétaires des tavernes en furent affligés, car le thé réduisait leurs ventes de bière et de gin, et ce fut une mauvaise nouvelle pour le gouvernement, qui dépendait d’un flux régulier de revenus provenant des taxes sur les ventes d’alcool.

En 1750, le thé était devenu la boisson préférée des classes inférieures de Grande-Bretagne.

Taxe sur le thé

Charles II a fait sa part pour contrer la croissance du thé, avec plusieurs lois interdisant sa vente dans les maisons privées. Cette mesure était destinée à contrer la sédition, mais elle était si impopulaire qu’il était impossible de la faire appliquer. Une loi de 1676 taxait le thé et obligeait les exploitants de cafés à demander une licence.

thé britannique
Pour les anglais, le thé est un veritable excentrique de la société.

Ce n’était que le début des tentatives du gouvernement pour contrôler, ou du moins, pour profiter de la popularité du thé en Grande-Bretagne. Au milieu du XVIIIe siècle, les taxes sur le thé avaient atteint un taux absurde de 119 %. Cette lourde taxation a eu pour effet de créer une toute nouvelle industrie – la contrebande de thé.

Thé mélange

Des navires en provenance de Hollande et de Scandinavie apportaient le thé sur la côte britannique, puis se tenaient au large pendant que les contrebandiers les rencontraient et déchargeaient la précieuse cargaison dans de petits bateaux.

Les contrebandiers, souvent des pêcheurs locaux, ont fait passer le thé à l’intérieur des terres par des passages souterrains et des chemins cachés vers des cachettes spéciales. L’une des meilleures cachettes se trouvait dans l’église paroissiale locale !

Cependant, même le thé de contrebande était cher, et donc extrêmement rentable, de nombreux contrebandiers ont donc commencé à adultérer le thé avec d’autres substances, telles que

Les feuilles de thé utilisées étaient également séchées à nouveau et ajoutées à des feuilles fraîches.

Enfin, en 1784, William Pitt the Younger a introduit la Commutation Act, qui a fait passer la taxe sur le thé de 119% à 12,5%, mettant ainsi fin à la contrebande.

L’adultération reste cependant un problème, jusqu’à ce que la loi sur les aliments et les drogues de 1875 introduise des sanctions sévères pour cette pratique.

Thé clipper

Au début des années 1800, les navires transportant du thé d’Extrême-Orient vers la Grande-Bretagne pouvaient mettre plus d’un an pour ramener leur précieuse cargaison.

Lorsque la Compagnie des Indes orientales a obtenu le monopole du commerce du thé en 1832, elle a réalisé la nécessité de réduire la durée de ce voyage. Les Américains ont en fait conçu les premiers “clippers”, ou navires à grand mât, mais les Britanniques étaient tout près derrière. Ces clippers filaient à près de 18 nœuds, presque aussi vite qu’un paquebot moderne, selon les témoignages de l’époque.

Histoire de thé anglais
Avant, seuls les gens de haute société pouvaient boire de thé.

La course à la vitesse était si grande qu’un concours annuel a été lancé pour que les clippers fassent la course de la rivière Canton jusqu’aux docks de Londres. Le premier navire à décharger sa cargaison remportait un gros bonus pour le capitaine et l’équipage.

Le plus célèbre des clippers était le Cutty Sark, construit en 1868 à Dumbarton. Il n’a fait couler le thé que huit fois, mais pour son époque, c’était un navire remarquable. Le Cutty Sark est aujourd’hui exposé à Greenwich.

Coutumes sur le thé

On dit que le thé de l’après-midi provient d’une seule personne : Anna, 7e duchesse de Bedford. Au début des années 1800, elle a lancé l’idée de prendre le thé en fin d’après-midi pour combler le fossé entre le déjeuner et le dîner, qui, dans les milieux à la mode, n’était pas forcément servi avant 20 heures.

Cette coutume à la mode s’est rapidement transformée en thé dans les classes ouvrières, où ce repas de fin d’après-midi est devenu le repas principal de la journée.

En savoir plus sur les meilleurs thés de chaque moment de la journée.

Jardins de thé

Les jardins d’agrément populaires de Ranelagh et de Vauxhall à Londres ont commencé à servir du thé vers 1730.

Une soirée de danse et de feux d’artifice était couronnée par du thé. Le concept a fait son chemin, et bientôt les jardins de thé ont ouvert dans toute la Grande-Bretagne. En général, les jardins étaient ouverts le samedi et le dimanche, et une après-midi de divertissement et de danse était ponctuée par le thé.

Magasins de thé

L’établissement britannique, le salon de thé, peut être attribué à une seule personne. En 1864, la gérante de l’Aerated Bread Company a pris l’habitude de servir de la nourriture et des boissons à ses clients. Ses meilleurs clients étaient favorisés par le thé.

Bientôt, tout le monde demandait le même traitement. Le concept des salons de thé s’est répandu dans toute la Grande-Bretagne comme une traînée de poudre, notamment parce que les salons de thé offraient un endroit où une femme sans chaperon pouvait rencontrer ses amis et socialiser sans nuire à sa réputation.

Thé et la poterie

Quel est le lien, excusez-nous de vous le demander, entre le thé et la croissance de l’industrie britannique de la poterie ? Simplement ceci : en Chine, le thé était traditionnellement bu dans des tasses sans anse. Lorsque le thé est devenu populaire en Grande-Bretagne, il y a eu un besoin criant de bonnes tasses avec anses, pour convenir aux habitudes britanniques.

Cela a entraîné une croissance énorme de l’industrie de la poterie et de la porcelaine, et la prospérité de sociétés telles que Wedgwood, Spode et Royal Doulton.

Pour en savoir plus sur les marques de thé britannique. Cliquez ici.

Notez cet article :
0
0
Votre panier
Votre panier est videRetourner sur la boutique