Votre Thé PREMIUM – BIO – ETHIQUE avec les conseils en plus / -10% sur votre 1e commande avec le code « Parfait10 » – Livraison GRATUITE dès 60€

Si vous savez quelque chose sur la Red Blossom Tea Company, nous espérons que c’est que nous nous approvisionnons en thés purs.

Nous passons nos voyages d’approvisionnement à rechercher de petites fermes, à établir des relations avec des cultivateurs et des artisans, et à déguster une grande variété de thés pour cultiver une sélection de feuilles de thé délicieuses et non altérées.

Mais même si beaucoup de nos thés sont cultivés naturellement, ils ne sont pas encore certifiés biologiques par l’USDA.

Si nous disposons de certifications préliminaires du National Organic Program (NOP) pour plusieurs de nos thés, nous savons également que dans le monde du thé chinois, un label biologique n’indique pas toujours la meilleure qualité.

Pourquoi, demandez-vous ?

La culture biologique du thé n’est-elle pas définitivement supérieure aux méthodes « conventionnelles » ?

L’absence de certification biologique indique-t-elle que ces thés sont contaminés par des produits chimiques ?

Et si une ferme de thé utilise des méthodes de culture naturelles, pourquoi ne serait-elle pas certifiée comme une ferme biologique ?

Pour répondre à ces questions, nous devons d’abord définir la différence entre les thés traditionnels et les thés biologiques.

Ensuite, nous verrons pourquoi la certification biologique n’est pas toujours le meilleur indicateur de qualité, et comment nous nous assurons personnellement que les exploitations avec lesquelles nous travaillons se développent de manière responsable.

Qu’est-ce que le thé traditionnel ?

thé chinois bio

Le thé est une boisson aromatique préparée en infusant des feuilles séchées de théier

Au niveau le plus élémentaire, l’agriculture traditionnelle désigne l’agriculture à petite échelle.

Les agriculteurs traditionnels utilisent des méthodes naturelles de lutte contre les parasites, permettent à la biodiversité de maintenir la richesse des sols et cultivent leurs cultures avec des engrais naturels.

Il s’agit d’un type d’agriculture qui est antérieur à la méthode de plantation, et c’est une compétence que de nombreuses exploitations de thé en Chine ont perfectionnée depuis des générations.

Dans le contexte de la culture du thé, le terme « traditionnel » prend un sens plus large.

Il décrit non seulement les méthodes de culture, mais aussi les régions les plus prisées pour la culture d’un thé particulier.

Par exemple, alors que la variété de thé Da Bai (« Big White ») peut être cultivée partout, un thé blanc traditionnel est cultivé dans le comté de Fuding, au Fujian.

En tant que berceau historique de ce style, le terroir de cette région est inextricablement lié à la saveur des thés blancs traditionnels.

La superficie relativement petite de cette région permet d’obtenir des prix plus élevés pour ces thés blancs de qualité supérieure, tandis que des imitations moins chères prolifèrent ailleurs.

Sous Mao, ces régions de culture traditionnelles étaient organisées en communes, mais l’accent mis sur l’industrialisation a provoqué une famine généralisée et forcé un retour à des méthodes d’exploitation agricole plus historiques.

Les terres traditionnelles consacrées à la culture du thé ont été divisées et distribuées aux familles qui pouvaient prouver qu’elles avaient travaillé la terre.

Chaque famille obtenait une très petite ferme, louée par le gouvernement, pour une durée de 99 ou 999 ans.

Aujourd’hui, la taille moyenne d’une exploitation agricole en Chine n’est que de 1,6 acre (contre 400 acres aux États-Unis).

Il est difficile pour l’agriculteur moyen de faire des bénéfices sur un si petit lopin de terre, mais si l’exploitation se trouve dans l’une des régions traditionnelles de culture du thé en Chine, alors il a de la chance.

Sa terre, et son thé, sont célèbres.

Il a acquis la réputation d’avoir le bon terroir, ou d’abriter les meilleurs artisans.

Son thé est recherché par les fonctionnaires du gouvernement, offert en cadeau aux diplomates, et peut-être même expédié à travers le monde à des concours et à des connaisseurs.

Renoncer à la tradition, c’est renoncer à tout cela, et aux bénéfices qui vont avec.

De plus, dans un pays qui vénère la tradition, les cultivateurs de thé qui occupent ces terres précieuses prennent leur rôle au sérieux.

Ils maintiennent les anciennes méthodes de culture et d’artisanat des feuilles, car ils savent que ces éléments sont essentiels pour faire le meilleur thé.

Qu’est-ce que le thé biologique?

Pour être clair, nous ne sommes nullement opposés à l’agriculture biologique.

Nous nous efforçons de nous approvisionner auprès d’exploitations biologiques, en particulier dans les régions où l’utilisation de pesticides est courante.

En réponse directe à la prévalence de la monoculture, l’achat de produits biologiques est un excellent moyen pour les consommateurs de faire connaître leurs priorités.

Les organismes de certification biologique appliquent des règles strictes, garantissant que les labels « biologiques » ont réellement une signification.

Aux États-Unis, les normes de certification de l’USDA couvrent, entre autres, les pratiques agricoles, la qualité des sols et l’utilisation de pesticides.

Mais le label biologique n’est pas une garantie générale de méthodes agricoles entièrement naturelles.

Les directives de l’USDA stipulent que les agriculteurs sont censés s’appuyer sur des substances et des méthodes naturelles « dans toute la mesure du possible ».

Si cela permet de réduire les contaminants dans un thé biologique, cela ne les élimine pas nécessairement.

De nombreuses substances synthétiques jugées sûres sont énumérées comme des exceptions aux directives de base.

Le label biologique est surtout une technique de marketing. Lorsque de grandes entreprises ou de nouveaux agriculteurs investissent dans le label biologique, ils gagnent des clients et peuvent faire payer leur produit plus cher.

Dans le domaine du thé, la certification biologique peut renforcer la confiance dans une marque commune ou faire connaître une jeune ferme de thé.

C’est là que la réglementation biologique fonctionne bien, car elle encourage ces entreprises à se concentrer sur la fabrication d’un produit de qualité, plutôt que de produire la quantité maximale.

En Chine, la plupart des fermes traditionnelles ne sont pas certifiées biologiques, même si elles cultivent du thé sans additifs de synthèse ni méthodes modernes depuis des générations.

Leur thé est très cher sans certification, et elles ne pourraient pas produire suffisamment pour satisfaire une demande plus importante.

Les exploitations qui sont certifiées biologiques sont généralement des exploitations plus récentes, qui cultivent sur des terres moins réputées.

Ces « jeunes » exploitations cherchent à obtenir la certification biologique afin de concurrencer la réputation bien établie du terroir traditionnel.

Le coût de la certification

thé chinois bio
De nombreux agriculteurs choisissent de renoncer à la certification plutôt que de déraciner les vieux plants de thé des bosquets qui confèrent une complexité de goût à leurs cultures

Donc, si les fermes traditionnelles utilisent de toute façon des méthodes biologiques, pourquoi ne demandent-elles pas la certification? 

Même s’ils n’ont pas besoin d’élargir leur clientèle, la certification biologique ne serait-elle pas une bonne chose? 

Si la certification vise à informer le consommateur, il semble presque que le statut biologique devrait être conféré à des sources vérifiées, qu’elles aient fait une demande ou non.

Malheureusement, ce n’est pas ainsi que cela fonctionne. 

La principale raison pour laquelle de nombreuses fermes ne demandent pas la certification est les frais élevés associés à la certification biologique. 

Ensuite, même après le paiement des frais et le début du processus de certification, il y a aussi des inspections, des tests et de nouvelles normes auxquelles la ferme doit se conformer, qui entraînent tous des coûts supplémentaires. 

Une fois qu’une ferme est certifiée, elle doit également payer des frais supplémentaires pour demander la certification préliminaire de lots individuels, ainsi qu’un pourcentage des revenus des ventes générés lorsque le thé est vendu.

Tout produit importé étiqueté « biologique » aux États-Unis doit répondre aux critères de certification de l’USDA, et le processus de certification en Chine est tout aussi coûteux et rigoureux.

Aux États-Unis, par exemple, les produits biologiques doivent être cultivés dans des sols ne contenant aucune substance interdite depuis trois ans.

En Chine, l’attente est de 2 ans, mais si une ferme est testée positive pour toute substance interdite après la certification, l’attente pour faire une nouvelle demande est portée à 5 ans !

De plus, les agriculteurs chinois sont confrontés à un dilemme familier sur un marché intérieur qui commence à peine à adopter les produits biologiques.

Ils sont réticents à investir le capital initial pour la certification biologique sans qu’un acheteur fiable ne fasse la queue.

En partie à cause de l’augmentation des coûts de la main-d’œuvre, le riz biologique en Chine se vend près de six fois plus cher que le riz conventionnel, et les agriculteurs hésitent à investir autant dans un produit qui risque de ne pas se vendre.

Enfin, la petite taille des exploitations agricoles chinoises permet une contamination croisée facile des cultures.

Même dans une ferme certifiée biologique, un voisin qui utilise des pesticides peut contaminer les cultures, ce qui entraîne des inspections ratées et des frais supplémentaires.

Même les résidus d’antibiotiques provenant d’effluents d’élevage utilisés comme engrais peuvent entraîner l’échec d’une inspection.

Face à tous les frais et aux réglementations strictes que doivent respecter les exploitations certifiées, de nombreuses petites exploitations de thé traditionnelles évitent ce fardeau supplémentaire, même si elles sont conformes aux normes biologiques.

Elles n’ont pas besoin de prouver ce qu’elles savent déjà :

Les méthodes traditionnelles et naturelles de culture du thé produisent un thé de la meilleure qualité sans recourir aux pesticides modernes.

Vérification de la qualité avec des tests indépendants

Comment savoir si un thé est exempt de produits chimiques synthétiques ?

Il existe, bien sûr, d’innombrables exploitations familiales de thé qui utilisent des pesticides et des engrais synthétiques pour augmenter le rendement de leurs cultures.

Même si ce n’est pas le cas, la contamination croisée provenant d’une ferme voisine reste un sujet de préoccupation.

Par exemple, à Taïwan, les champs de thé sont souvent entourés d’arbres à noix de bétel.

En l’absence de pesticides, les noix utiles sont détruites avant de mûrir et la récolte est perdue.

À chaque pulvérisation, les plants de thé voisins sont inévitablement exposés aux pesticides également.

Les agriculteurs responsables doivent travailler avec leurs voisins pour s’assurer qu’aucune pulvérisation ne contamine le thé pendant la saison des récoltes.

Notre première ligne de défense contre les thés chimiquement contaminés est également l’épine dorsale de notre stratégie d’approvisionnement.

Nous allons à la ferme.

Lorsque nous nous y rendons en personne, nous pouvons voir les conditions de culture et les techniques de lutte contre les parasites utilisées dans chaque exploitation.

Par exemple, nous aimons toujours voir des broussailles saines dans les champs de thé, comme preuve qu’aucun herbicide n’a été utilisé.

Les lois américaines sur les importations de thé n’exigent pas de tests chimiques.

De plus, en tant qu’exportateurs légaux, tous nos thés sont testés par le CIQ (Chinese Inspection Quarantine) avant de quitter la Chine.

En réponse aux préoccupations mondiales concernant les métaux lourds et autres contaminants dans les exportations chinoises, les réglementations imposées par le CIQ sont en fait assez strictes.

Chez Red Blossom, des échantillons de chaque thé que nous importons sont testés de manière indépendante pour détecter la présence de plus de 300 produits chimiques agricoles courants différents.

En l’absence d’une réglementation américaine stricte, nous utilisons les directives européennes pour évaluer les résultats de ces tests indépendants.

Ce processus n’est pas exigé par la loi, mais nous pensons qu’il est plus utile pour nos clients de vérifier la sécurité et l’intégrité de nos produits que de se fier à la certification biologique.

En nouant des relations avec des agriculteurs en qui nous avons confiance et en effectuant des tests indépendants pour vérifier que chaque thé que nous proposons est exempt d’additifs synthétiques, nous sommes en mesure de nous procurer des thés traditionnels qui non seulement ont un goût exceptionnel, mais sont également exempts de toute contamination.

Ainsi, à l’avenir, au lieu de rechercher uniquement un label biologique, vous pourrez vous concentrer sur la découverte des saveurs complexes des thés traditionnels.

✅ Le thé biologique de Chine est-il sûr?

Malheureusement, il a été constaté que beaucoup de thé chinois contenait des traces de plomb, d’arsenic et …
Pour aller plus loin cliquez ici maintenant

✅ Que signifie le thé bio?

L’une des distinctions les plus claires entre le thé biologique et le thé conventionnel est que le thé biologique est cultivé sans l’utilisation d’engrais chimiques, de pesticides, de fongicides ou …
Pour aller plus loin cliquez ici maintenant

✅ Le thé chinois est-il bon pour vous?

Le thé Longjing est bien connu pour cet avantage particulier. De nombreuses personnes choisissent de boire cette variété de thé avec une alimentation saine et …
Pour aller plus loin cliquez ici maintenant

✅ Quels sont les types de thé chinois?

Il existe plusieurs types de thé chinois, dont le degré de fermentation et de traitement varie. Les principales classes de thé chinois décrites ci-dessous sont …
Pour aller plus loin cliquez ici maintenant

Notez cet article :
0
0
Votre panier
Votre panier est videRetourner sur la boutique
Calculate Shipping